bidon


bidon

bidon [ bidɔ̃ ] n. m.
• 1523; scand. bida « vase »
1Récipient portatif pour les liquides, généralement de métal, et que l'on peut fermer avec un bouchon ou un couvercle. bouteille (2o). Bidon de lait. Bidon d'essence. nourrice; jerrycan. Bidon de soldat, de campeur, pour la boisson. ⇒ gourde.
2(1882; par anal. de forme et attract. de bedon) Fam. Ventre. bedaine, bedon, bide.
3(1900; « drap plié de manière à faire illusion, en gonflant » 1887) Fam. Du bidon : des mensonges, du bluff. C'est pas du bidon : c'est vrai.
Adjt Simulé, truqué ( bidonner). Des élections bidon. Il est bidon : il n'est pas ce qu'il prétend être (compétences, pouvoir).

bidon nom masculin (peut-être ancien nordique bida, vase) Récipient métallique de contenance variable destiné à contenir tout liquide et muni d'un orifice obturable de versage. Populaire. Ventre. ● bidon (expressions) nom masculin (peut-être ancien nordique bida, vase) Populaire. Du bidon, des mensonges, du bluff. ● bidon (synonymes) nom masculin (peut-être ancien nordique bida, vase) Populaire. Ventre.
Synonymes :
- bedaine (familier)
- bedon (familier)
- bide (populaire)
- buffet (populaire)
- coffre (populaire)
bidon adjectif invariable Qui n'a que les apparences de la réalité, simulé, truqué, factice : Des élections bidon.

bidon
n. m. et adj.
d1./d Récipient métallique portatif destiné à contenir un liquide. Bidon d'huile.
d2./d Fam. Ventre. Il a pris du bidon.
d3./d Fam. Du bidon: quelque chose de faux. Sa réussite, c'est du bidon.
|| adj. inv. Une histoire bidon.

I.
⇒BIDON1, subst. masc.
A.— Vx. Broc de bois contenant 5 pintes (environ 4,65 litres) et servant d'ancienne mesure pour les liquides.
Rem. Attesté dans la plupart des dict. gén. du XIXe et XXe s. à partir de Ac. 1798.
B.— Usuel
1. MILIT. Gourde métallique utilisée par les soldats pour mettre leur provision de boisson. Le grand bidon (servant au transport de la boisson bue en collectivité), le petit bidon (ration individuelle) (Ac. 1835-78); bidon de deux litres, de pinard :
1. Sous le prétexte qu'il était le plus fort, on le chargeait des ustensiles communs à toute l'escouade, la grande marmite et le bidon, pour la provision d'eau.
ZOLA, La Débâcle, 1892, p. 78.
Spéc., arg. Gamelle dans laquelle l'ouvrier emporte son repas à l'atelier :
2. ...s'il est éloigné [de son atelier, sa femme] lui met dans son bidon ad hoc soupe et pitance, il achète le pain et le vin.
D. POULOT, Le Sublime ou le Travailleur comme il est en 1870 et ce qu'il peut être, 1872, p. 49.
Rem. Attesté dans ESN. 1966.
2. P. ext.
a) Usuel. Récipient, le plus souvent, métallique et de forme cylindrique, servant à contenir un liquide et pourvu à cet effet d'une fermeture étanche. Un bidon de fer blanc, à lait, à (d')essence, à (de) pétrole; un bidon de, un (deux) litre(s); transporter des bidons. Synon. jerrican :
3. ... Gagou a dressé sa cabane dans les orties. Il est industrieux et point malhabile de ses doigts, il l'a construite en tôle, avec des bidons d'essence éventrés.
GIONO, Colline, 1929, p. 15.
4. Le ramassage du lait pour la consommation à l'état frais se fait au cours de circuits de 70 à 80 km; les camions s'arrêtent à chaque exploitation productrice pour échanger les bidons vides contre des bidons pleins; ...
M. WOLKOWITSCH, L'Élev. dans le monde, 1966, p. 180.
Rem. Attesté dans la plupart des dict. gén. du XIXe et XXe s. à partir de Ac. 1798.
P. méton. Le contenu d'un bidon. Acheter, verser un bidon d'huile, d'essence, etc. :
5. Ce matin, il ne restait plus qu'à verser là-dessus un demi-bidon de pétrole, et à y mettre le feu.
R. MARTIN DU GARD, Vieille France, 1933, p. 1044.
b) Spéc. [P. réf. à la matière du bidon]
MÉTALL. Plaque d'acier laminé résultant du dégrossissage des barres destinées à faire de la tôle.
Rem. 1. Attesté dans Lar. 19e, LITTRÉ, GUÉRIN 1892, Mots rares 1965. 2. Réputé par les dict. gén. comme région. (Nord de la France).
C.— Arg. Le ventre. Recevoir un coup dans le bidon, avoir mal au bidon. Synon. bedon, bide :
6. ... j'aurais bien voulu le voir ici moi, le Déroulède dont on m'avait tant parlé, m'expliquer comment qu'il faisait, lui, quand il prenait une balle en plein bidon.
CÉLINE, Voyage au bout de la nuit, 1932, p. 18.
Rem. Attesté dans les dict. gén. du XXe s. à partir de ROB.
PRONONC. :[].
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. [L'attest. du XVe s. citée dans R. Hist. litt. Fr., 1898, p. 290 ne semble pas à retenir, v. FEW t. 15, 1, p. 104, note 1]; 1523 « petit récipient portatif et fermé, fait de bois ou de métal » (Doc. relatifs à la fondation du Havre dans DELB., Rec. d'apr. DG : Platz, escuelles, bidons); 2. arg. « ventre » 1883 (LARCH. Suppl., p. 16) emploi pop. prob. plus ancien (cf. bide1).
Orig. obsc. On admet généralement l'hyp. d'un empr. à l'a. nord. bida « récipient » (Bugge dans Romania, t. 3, p. 145; DE GOROG, p. 7); cet étymon n'est cependant attesté que par l'isl. bida « baquet de lait » et le norv. dial. bide « baratte » (DE VRIES, Anord., p. 35a; Bugge, loc. cit.). Assez bien en accord avec la localisation géogr. de la première attest. (Normandie) et avec l'emploi du mot comme terme de marine jusqu'à la fin du XVIIIe s. (1574 dans JAL1, Trév. 1771), il est en désaccord avec l'entrée tardive du mot en fr.
L'hyp. d'un empr. au gr. par l'intermédiaire de l'ital. bidone (EWFS2) fait difficulté du point de vue chronol., l'ital. ne paraissant pas attesté av. le XIXe s. (BATT.).
BBG. — DE GOROG 1958, p. 64. — RIGAUD (A.). Commentaires. Vie Lang. 1964, p. 20. — SAIN. Lang. par. 1920, p. 294. — SAIN. Sources t. 2 1972 [1925], pp. 186-187. — Termes techn. fr. Paris, 1972, p. 75, 138.
II.
⇒BIDON2, ONNE, subst. et adj.
Arg. et pop.
A.— 1. Emploi subst. Mensonge, tromperie; chose factice. C'est, ce n'est pas du bidon :
Tout ça (geste), tout ça c'est du bidon : le Panthéon, les Invalides, la caserne de Reuilly, le tabac du coin, tout. Oui, du bidon.
R. QUENEAU, Zazie dans le métro, 1959, p. 20.
2. Emploi adj.
a) [En parlant d'une pers.] Témoin bidon, médecin bidon.
b) [En parlant d'une chose] Chèque bidon, bureau bidon (A. SIMONIN, Le Pt Simonin ill., 1957, p. 47); une panne [d'auto] bidon (ESN. 1966); une information, une interview bidon (VOYENNE 1967).
B.— P. méton.
1. Emploi subst.
a) ,,Vieux cheval maquillé`` (ESN. 1966); cf. également NOUGUIER, Notes manuscrites interfoliées au dict. de Delesalle, 1900, p. 35 et bide1). ,,Portefeuille bourré de papier et donné comme plein de valeurs (escrocs 1906)`` (ESN. 1966). ,,Ensemble de trois coupons de drap pliés de façon à compter pour six`` (ESN. 1966).
b) ,,Boniment`` (ESN. 1966). Attaquer au bidon (Ch.-L. CARABELLI, [Lang. pop]). ,,Toute chose, toute marchandise présentée de manière à tromper celui qui la reçoit`` (ESN. 1966).
2. Emploi subst. et adj. ,,Bluffeur`` (A.-L. DUSSORT, Des preuves d'une existence, 1927, p. 19, ms. dép. par G. Esnault en 1938; ESN. 1966). ,,Homme de rien`` (Ch.-L. CARABELLI, [Lang. de la pègre]).
PRONONC. :[].
ÉTYMOL. ET HIST. — [1887] p. anal. de forme avec bidon1, arg. « ensemble de trois coupons de drap pliés de façon à compter pour six » d'apr. ESN.; 1901 (ROSSIGNOL, Dict. d'arg., arg.-fr. et fr.-arg., p. 14); d'où [ca 1900] « bluff » d'apr. ESN; 1935 (J. LACASSAGNE, P. DEVAUX, L'Arg. du « milieu », p. 16); v. aussi Guiraud dans Cah. Lexicol., t. 16, pp. 66-67).
Peut-être même mot que bidon1.
STAT. — Fréq. abs. littér. :203. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 4, b) 206; XXe s. : a) 367, b) 527.
DÉR. Bidon(n)ier, (Bidonier, Bidonnier)subst. masc. ,,Individu qui vend des coupons de drap à pantalons sur la voie publique. (Coffignon, 57 [lire 1887].) — (...) Il les vend aux paysans un peu ivres, qui ont bidonné. De là le mot`` (L. LARCHEY, Dict. hist. d'arg., Nouv. Suppl., 1889, p. 24). 1re attest. 1887 (Coffignon dans ID., ibid.); dér. de bidon2, suff. -ier.
BBG. — GUIRAUD (P.). Mél. d'étymol. arg. Cah. Lexicol. 1970, n° 16, p. 67. — RIGAUD (A.). Commentaires. Vie Lang. 1964, p. 20.

bidon [bidɔ̃] n. m.
ÉTYM. 1523; orig. incert., p.-ê. de l'anc. nordique bida « vase », attesté par l'islandais bida, le mot serait entré en français par la Normandie; pour Guiraud, du rad. bid-, apparenté à bique.
———
I
A
1 Récipient portatif pour les liquides, généralement de métal, que l'on ferme avec un couvercle ou un bouchon. || Bidon d'essence. Jerrycan; nourrice. || Bidon d'huile; de lait ( Berthe, bouille). || Les bidons du laitier (cit. 1). || Un bidon de 2 litres.
1 Quand il commence à pleuvoir, au milieu de l'été, l'eau ruisselle sur les toits de tôle et de papier goudronné, elle fait sa chanson douce dans les grands bidons, sous les gouttières.
J.-M. G. Le Clézio, Désert, p. 150.
tableau Noms de récipients.
Spécialt (pour les boissons). || Bidon de campeur, de coureur cycliste, de soldat. Gourde.
2 Le brancard a été posé sur l'accotement, près d'un abreuvoir où les soldats de toutes les armes viennent emplir leurs bidons.
Martin du Gard, les Thibault, t. VIII, 173.
2 Argot. Récipient dans lequel on peut transporter un repas sur le lieu de travail. Gamelle.
3 Fam. Réservoir d'essence (d'une moto). || Le bidon est à sec.
4 Par métonymie. Contenu d'un bidon. || Il faut compter deux bidons d'huile pour la vidange de cette voiture.
5 Loc. argotique (vx). Attacher un bidon : fausser compagnie à qqn.Ramasser, s'attacher un bidon : s'enfuir.
B Vx. Ancienne mesure équivalant à 4,65 litres.
———
II Figuré.
1 (1883; par anal. de forme et attrait de bedon). Fam. (légèrement vieilli). Ventre, et, spécialt, ventre rebondi ( Bedon, bide). || Prendre du bidon. || Se remplir le bidon. || Un gros bidon.
3 Nos trois voyageurs (…) ont soudain une idée. Ils demandent à parler au maire qui, le bidon sanglé dans son écharpe, s'apprête à se rendre sur les lieux du sinistre.
L. Forton, les Aventures des Pieds-Nickelés, in l'Épatant, 1908, p. 13.
2 (1887, « drap plié de manière à se gonfler, formant un bidon, un ventre, et faisant illusion »; sens actuel v. 1900). Fam. Du bidon : du bluff, des mensonges. Bide, vent.
4 (…) c'est pas du bidon, c'est tout ce qu'il y a de plus sérieux.
R. Queneau, le Dimanche de la vie, p. 67.
5 (…) il se vantait il est voyou on ne l'aime pas tellement on l'écoute mais on devine que c'est du bidon.
Tony Duvert, Paysage de fantaisie, p. 46.
Adj. invar. Simulé, artificiel, faux. || Un attentat bidon. || Une société bidon. || Des arguments bidon. || C'est complètement bidon.
6 Vous l'avez vue, sa carte d'identité ? — Il a copié le numéro devant moi. — Il l'a probablement détruite et jetée dans les vécés, et le numéro est bidon.
Christiane Rochefort, le Repos du guerrier, p. 14.
7 Avant même d'acheter un rouge à lèvres, je me rachète une tire (…) Je me fais faire un permis bidon… Mais, au fait, pour démarrer, le vrai fera très bien l'affaire (…)
A. Sarrazin, la Cavale, p. 88.
DÉR. et COMP. Bide, bidonner. Bidonville.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • bidon — bidon …   Dictionnaire des rimes

  • Bidon — Bidon …   Deutsch Wikipedia

  • bidon — BIDÓN, bidoane, s.n. Vas (de tablă) pentru păstrarea sau transportul lichidelor. ♦ Ploscă de tablă simplă sau emailată (îmbrăcată în postav sau piele), de ţinut apă sau altă băutură. – Din fr. bidon. Trimis de paula, 21.06.2002. Sursa: DEX 98 … …   Dicționar Român

  • Bidon — Saltar a navegación, búsqueda No debe confundirse con Bidón. Bidon País …   Wikipedia Español

  • Bidón — Saltar a navegación, búsqueda Bidones de plástico, modelo «Jerrycan» …   Wikipedia Español

  • bidon — bìdōn (bidȏn) m <G bidóna> DEFINICIJA sport plastična bočica za piće pričvršćena za okvir bicikla ETIMOLOGIJA fr. bidon …   Hrvatski jezični portal

  • bidon — BIDON. s. mas. Espèce de broc de bois qui contient environ cinq pintes. [b]f♛/b] On appelle aussi Bidon, Un vase de fer blanc dont les soldats se servent pour aller chercher leur provision d eau …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • bidón — sustantivo masculino 1. Recipiente, generalmente cilíndrico, con cierre hermético, para el envase y transporte de líquidos: bidón de gasolina …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • bidón — (Del fr. bidon). m. Recipiente con cierre hermético, que se destina al transporte de líquidos o de sustancias que requieren aislamiento …   Diccionario de la lengua española

  • Bidon — Un nom porté dans le Finistère, rencontré aussi dans le Rhône et en Moselle. Il s agit d un nom de personne d origine germanique formé sur la racine bidan (= espérer) …   Noms de famille